header image

Archives Ouvertes

ChemRxiv : ACS’s chemistry preprint server
14 août 2017
Figshare annonce que ChemRxiv utilisera sa plateforme
10 Août 2016
ACS launches chemistry preprint server
« The American Chemical Society announced today that it will create a preprint server for chemistry research to promote sharing of early scientific results »
Néanmoins, les comités de lecture d’un certain nombre de revues de l’ACS, à commencer par le JACS, titre phare, refusent les articles qui ont été, partiellement ou intégralement, diffusé ailleurs. Comme le soulignent certains commentaires en réaction à cet article, l’ACS doit clarifier ce point avant l’ouverture de l’archive. Les auteurs de ces commentaires souhaitent qu’un article soumis à un journal de l’ACS ne soit plus refusé à cause d’une diffusion préalable en tant que pre-print et pensent que l’ACS devrait intervenir et imposer cette règle à tous les comités de lecture de ses revues.

Chan Zuckerberg Initiative (CZI) soutient BioRxiv
26 avril 2017
« Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL) today announced a new collaboration with the Chan Zuckerberg Initiative (CZI)….New funding from CZI will support the development and expansion of CSHL’s BioRxiv preprint service…CSHL and CZI are committed to sharing new tools in order to speed adoption and dissemination of preprints and optimize communication infrastructure in science. All software developed through this collaboration will be made available as open source. ».
Source : Cold Spring Harbor Laboratory to boost sharing of global scientific research in collaboration with the Chan Zuckerberg Initiative
Liens vers Wikipedia :
Chan Zuckerberg Initiative (CZI)
Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL)

Vers une plateforme européenne pour l’Open Access
Avril 2017
Dernière mise à jour : 5 mai 2017
La Commission européenne aurait décidé de créer sa propre plate-forme de publication en OA
« Selon le magazine Science, le Commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation, Carlos Moedas, a indiqué que la Commission avait pris la décision de mettre en place sa propre plate-forme de publication en Gold OA qui accueillera les articles issus des recherches qu’elle finance….. Si cette décision se concrétisait, la Commission européenne suivrait la voie ouverte en novembre 2016 par le Wellcome Trust (principal soutien de la recherche biomédicale au Royaume-Uni avec 878 M€ de financement en 2016) et plus récemment la Fondation Bill & Melinda Gates »
Lire la suite dans www.eprist.fr
A propos :
L’initiative de la Fondation Bill & Melinda Gates
A propos de l’accord du Wellcome Trust avec F1000 et l’annonce du 15 novembre 2016
A lire aussi : OpenAIRE as the basis for a European Open Access Platform : « Such a platform could be built on an overlay journal model, in which individual journals are layered on top of a system of public repositories (see Figure 1), while remaining under the control of research communities (including the peer review process; community layer) similar to most current journals »

GODAN Gateway, a new Open Publishing Initiative for Agriculture and Nutrition Research
5 avril 2017
« Global Open Data for Agriculture & Nutrition is pleased to announce the launch of its open publishing initiative for agriculture and nutrition research. The GODAN Gateway will run on the F1000Research platform »

Un mandat pour le partage de la science à l’Ecole des Ponts ParisTech
27 février 2017
Le contexte juridique désormais plus favorable (grâce à la Loi pour une
République Numérique) a encouragé l’Ecole des Ponts à émettre un *mandat
pour le partage de la science*.
Ce mandat stipule « l’obligation de diffusion en Libre Accès (Open Access Gold ou Green) des articles parus dans des revues à comité de lecture et des communications donnant lieu à la publication d’actes, tout en encourageant par ailleurs le dépôt en Archive Ouverte des autres types de documents »
Lire le texte :MandatOA_EcoledesPonts

République numérique
8 octobre 2016
Le 28 septembre 2016, le Séant votait de manière définitive la loi sur la République Numérique. Dans sont article 30, cette loi autorise l’auteur d’un article scientifique, sous réserve de l’accord des co-auteurs, de mettre en ligne en libre accès le post-print de son article
– immédiatement, si l’article est diffusé en open access par l’éditeur
– après un délai d’embargo pour les articles publiés dans une revue en abonnement. Ce délai est de 6 mois pour les sciences et techniques et de 12 mois pour les SHS.
La loi précise que les auteurs disposent de ces droits « même après avoir accordé des droits exclusifs à un éditeur », et que ces dispositions « IV. – sont d’ordre public et toute clause contraire à celles-ci est réputée non écrite ».
Lire l’article 30

Nouvelle politique d’Elsevier en matière de l’Open Access
30 avril 2016
Embargo : 12 à 24 mois
Liste des périodes d’embargo
APC : $500 – $5,000 hors taxes
Liste des APC
Statement against Elsevier’s sharing policy

COAR et UNESCO mettent en garde contre le modèle OA avec frais de publication
10 mai 2016
Dans une déclaration commune, l’UNESCO et l’association COAR mettent en garde les gouvernements et la communauté des chercheurs vis-à-vis du changement de modèle de la publication scientifique — de l’abonnement vers le libre accès avec frais de publication — de plus en plus promu par des institutions. Pour l’UNESCO et COAR, un certain nombre de points doivent être examinés :
– prendre en compte les institutions qui ont des petits budgets et les pays en développement
– éviter toute nouvelle concentration dans l’industrie internationale de l’édition
– étudier de nouvelles voies pour réduire les coûts.
Pour les deux organisations signataires, il est fondamental que les gouvernements et la communauté scientifique réfléchissent à différentes approches pour aboutir au Libre accès et avoir ainsi un meilleur écosystème de la publication.

Accord innovant de MIT avec Springer
8 avril 2016
MIT Libraries
L’accord prévoit que Springer envoie automatiquement les articles des chercheurs du MIT dans son espace de dépôt d’archives ouvertes après une période d’embargo. Le même accord autorise le TDM par les chercheurs du MIT à condition qu’il soit utilisé à des fins non-commerciales.