L’Atelier MachinChose s’est déroulé le samedi 20 mai 2017 à l’ESPGG. L’événement co-organisé avec les associations ANTANAK, Electrocycle a accueilli un public très varié qui s’est pris au jeu du “Do It Yourself”. Objectif de la journée : créer ensemble l’emblème de l’exposition.

L’espace atelier proposait :

  • un squelette de base, monté quelques jours plus tôt à partir de vieilles palettes.
  • des tables arborant une pléthore de vieux matériels électroniques (fournis par l’équipe de l’ESPGG et par les deux associations)

  • des espaces spécifiquement dédiés au matériel de bricolage (soudure, quincaillerie, autre matériel électrique…)

Quant aux règles, rien d’interdit. Une seule chose est à garder en tête : MachinChose, en tant que futur objet d’exposition, ne peut comporter d’objets dangereux.

*********

SciGale y était :

MachinChose est « un joyeux bazar», où chacun allait de son idée, de sa créativité, bien tenté d’aller voir par-ci par-là ou de chiner du matériel sur d’autres tables pour construire seul.e ou par petits groupes, un nouvel objet unique tout en gardant l’idée d’un objet final fonctionnel.

Alors on teste. On demande. On questionne. « Comment on allume la diode ? », « ah, peux-tu m’aider à souder ? » ou encore « quelqu’un aurait-il vu un interrupteur par hasard sur sa table

Au fur et à mesure, le squelette prend vie : le premier objet a été réalisé par un enfant (4 ans), fier d’avoir ramené sa vieille veilleuse pour la customiser, et lui ajouter des bras-diodes !

Puis tout au long de la journée, de nouveaux objets sont créés. Et le passage souvent obligé à l’atelier soudure ne fait pas peur aux plus jeunes (cliquer pour voir la vidéo ).

Des objets, dont il faut aussi penser l’accrochage sur le squelette. Ce qui s’avère parfois demander une vraie réflexion de la part des participants. Parallèlement, des mosaïques de décoration viennent habiller l’emblème.

Attention, pas d’objets sans nom ! à chacun de créer “son cartel”.

Et pour assurer leur durabilité, pourquoi ne pas ajouter une légende, une précaution d’emploi : “Appuyer sur le bouton ici pour allumer”, ou encore, “attention, fragile, cela est aimanté”.

*

Au total, près d’une vingtaine de noms qui cartonnent : (L’icône vidéo : dessiné par Colpizen, indique l’existence d’une vidéo)

À la rencontre de la plume

 (voir la vidéo) Le télégraphe électrique 

(voir la vidéo) Projet 4280 :  

Envol de la Chrysalide

Machine à guilis 

 

Tournicotte élico

  (voir la vidéo) Retour de l’attraction créative 

 

Double Spin

(voir la vidéo) Le sourisson à moteur  : 

Allume mon regard

(voir la vidéo) Le second souffle 

 

(voir la vidéo) Planétarium

Futur Machin Machin

futur machin machin

Veilleuse à diodes

Jolie Poulie

Lanceur de toupie

Ventilateur Coloré 

Gobelet dansant

Feu arrière

Certains participants se prennent même au jeu de l’interview et racontent en quelques mots leur création (voir l’icône )

Voici une petite vidéo qui retrace des moments de la journée : 

Du côté des organisateurs :

Ariel, de l’association Antanak, a également réalisé un joli montage vidéo et ajouté de nombreuses photos sur Papirofolia.

Cyril, de l’association Electrocycle a écrit un article “ Expérimentation concluante du « MachinChose » disponible sur le site de l’association.

 

*********

En savoir plus sur les partenaires :

ANTANAK :

ANTANAK est une association créée en 2014 à Paris. Présidée par Isabelle Carrere, elle compte à présent dix membres dans son conseil d’administration et plus de cent vingt adhérent.e.s. Ouverte à tous, l’association prône le partage et l’entraide et notamment dans l’utilisation du numérique et les questions de récupération. Elle organise de nombreux événements autour de ces pratiques : simple découverte, démontage, réparation et reconfiguration de matériel informatique, découverte et expérimentation et préparation de  programmes et autres applications en lien avec le matériel informatique. En termes de partage, elle propose aussi des ateliers de réflexion et aime collaborer avec d’autres associations.

 

Electrocycle

Electrocycle, l’Asso D3E est une association environnementale d’éducation populaire créée en 2012 à Paris. Elle compte actuellement 19 membres bénévoles et quelques sympathisants. Dans une philosophie de partage des savoirs et des savoir-faire, elle œuvre pour l’amélioration du réemploi des équipements électriques et électroniques, la réutilisation des pièces détachées et composants de ces équipements ainsi que leur revalorisation. Pour cela, elle diffuse de l’information et organise des groupes de réflexion sur le sort et les problèmes liés aux D3E et à leur accumulation. Elle propose aussi des ateliers d’expertise dans le but d’encourager les initiatives individuelles et collectives de réappropriation de ces équipements. Dans ce cadre, elle joue aussi le rôle de facilitateur entre les personnes/structures et les réutilisateurs-citoyens potentiels. Depuis que l’initiateur de la regen box & l’inventeur du « sauvepile » (testeur de piles low tech) ont rejoint Electrocycle, elle oeuvre également dans le réemploi des piles et le prototypage de matériels ouverts.