La science frugale est un état d’esprit. Celui de ne pas voir les ressources disponibles comme une contrainte mais comme une opportunité, ou encore de voir le partage comme une condition indispensable à l’enrichissement.

Il ne s’agit pas de faire de la science au rabais, mais de la science soutenable et pluridisciplinaire. Souvent adaptée à une problématique locale et précise, elle possède pourtant une dimension universelle.

Que ce soit pour répondre à des budgets réduits ou encore à des problématiques locales avec peu de ressources, de nombreux  scientifiques se tournent vers une philosophie de science frugale.

Entre esprit makers et coopération, de nouveaux projets voient le jour, aussi bien dans la recherche qu’en médecine, ou encore

en éducation et en médiation des sciences. À chaque fois, la volonté de réaliser des projets soutenables en termes de coûts, tout en favorisant le partage, fait partie intégrante des objectifs.

 

L’ESPGG propose de se pencher sur cette tendance qui prend de l’ampleur et se répand jusqu’aux confins de l’ESPCI Paris. L’exposition Science Frugale tente de décrypter cette approche et part à la rencontre des hommes et des femmes qui la pratiquent.

 

Une exposition-forum :

À travers le prisme de nombreux exemples emblématiques, Science Frugale est une exposition-forum qui explore ce mouvement hybride entre la culture des Makers, la Coopération internationale et la Recherche.

Elle se construit au fil des projets et des collaborations qui enrichissent son contenu pendant toute la durée de l’exposition et au-delà.

De novembre 2016 à février 2017 : PHASE D’INCUBATON

L’exposition se construit face au public et le visiteur est invité à participer à cette phase de création, notamment au travers d’événements (workshop, conférences, etc.).

De février à juin 2017 : PHASE DE MATURATION

L’exposition a terminé sa phase de conception mais continue à s’enrichir au rythme de sa programmation. Elle est régulièrement mise à jour en fonction de l’actualité et des activités de l’ESPGG.

Chaque mois, une des thématiques de l’exposition est mise à l’honneur.

 

Appliquer cette approche dans le domaine de la science, en recherche et en éducation peut se faire de diverses façons :

Recycler, récupérer et détourner des objets existants (instruments scientifiques ou non) pour leur donner une nouvelle vie.

– Concevoir des instruments de recherche et des composants de hautes technologies à bas coût et personnalisables pour être adaptables à différentes conditions.

– Profiter de ce qu’offrent les technologies pour concevoir autrement des instruments de recherche à travers l’utilisation de raccourcis technologiques.

– Exploiter les potentiels du Smartphone pour en faire un outil mobile de géolocalisation, mesure, analyse et communication/diffusion.

– S’appuyer sur une communauté transdisciplinaire de partage des connaissances, notamment par le biais des sciences participatives et de la science citoyenne.

– Favoriser l’accès à l’éducation des sciences au plus grand nombre et pour tous.