Dans Le Monde (5 septembre)

Dans son article du Monde (Sciences et Médecine) du 5 septembre, David Larousserie remarque, à juste titre, que nous n’avions pas cité les travaux de nos collègues sur la rupture des spaghettis.

En effet, nous nous sommes basé sur les travaux  suivant :

 

diaporama Science et Avenir (5 juin 2018)

Un article en ligne sur le site de Science et Avenir, ainsi qu’un diaporama reprennent quelques thèmes du livre.

 

Du merveilleux dans le quotidien. C’est le message des auteurs d’un ouvrage épatant qui présente la face élégante et étonnante des objets du quotidien avec l’explication des phénomènes physiques.

Ces gens-là s’émerveillent des mille et un objets du quotidien – un nid d’oiseau, une bulle de savon, le bord ondulé d’une feuille de salade, une boulette de papier froissé, l’intérieur d’un coquillage… Les quatre auteurs du livre Du merveilleux caché dans le quotidien, la physique de l’élégance ont décidé de porter un regard neuf sur la banalité de tous les jours pour y déceler une étrange beauté. Ils sont physiciens de l’ESPCI, l’Ecole Supérieure de Physique Chimie Industrielles de la ville de Paris, le célèbre établissement où, deux des prix Nobels français les plus chaleureux ont exercé : Pierre-Gilles de Gennes, qui fût lauréat en 1991, et Georges Charpak en 1992.

Etudier le comportement des pommes de pin.
Autour d’Etienne Guyon (ancien directeur du Palais de la Découverte, de l’Ecole Normale Supérieure et de l’association « les petits débrouillards»), il y a José Bico passionné de gouttes et de plis, Etienne Reyssat qui a longuement observé le comportement des pommes de pin et Benoît Roman, fasciné de bulles de savon et des froissements. Tous se passionnent pour cette physique de la méso-échelle, qui échappe à l’immensité de l’Univers et à l’infiniment petit des particules. Une physique à taille humaine en somme qui étudie tas de sable, sac de billes et crème fouettée.

Avec eux, il y a Naïs Coq, elle aussi diplômée de l’ESPCI, qui après en doctorat en physique des liquides est revenue à ses amours premières, en intégrant l’école européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Férue de dessin et de physique, elle présente avec un trait alerte et drôle, des petites expériences, montées avec trois fois rien sur un coin de table de cuisine, pour comprendre les secrets d’un pli, la structure de la nacre et tout ce que l’on peut faire avec une bulle de savon. Sciences et Avenir vous présente six exemples de ces objets merveilleux à portée de main. Mais pour aller plus loin, il y a le blog des auteurs.
Le site de Naïs Coq.