Une autre forme de voute en coque inversée

Le chapitre intitulé les voutes d’Azay le Rideau présente en dernière partie – un navire à l’envers –l’usage de bateaux  de pêche renversées pour recouvrir des pittoresques habitats de ce village du Pas de Calais  Equihen plage, baptisé le pays des quilles en l’air.

Et bien, cette structure très typée en coque inversée a aussi une origine bien plus ancienne et sans rapport direct avec une coque de bateau.

Elle est l’œuvre d’un architecte de la renaissance, Philibert Delorne. On retrouve encore des exemples de ces voutes aussi dites de toit en carène ou de charpente à la Philibert Delorne (chercher sur la toile : voute a la philibert)

J’ai pu faire visiter à un de vos auteurs un exemple d’une telle voute dans un village proche de chez moi sur la cote normande. Que ce soit la vue de l’extérieur ou de l’intérieur auquel les propriétaires nous ont aimablement donné accès, cette voute qui ouvre l’espace intérieur mérite bien ce qualificatif d’élégance que met en avant votre livre .

De façon un peu plus technique cette construction de voute évite d’avoir recours à de grandes poutres qui étaient rares mais sont réalisées à partir d’arbalétriers (décrits dans votre ouvrage) courts et cintrés .Le problème majeur reste celui de la pose des tuiles sur le toit.

Philippe O.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *