La tête au carré

Nous avons présenté le livre dans la tête au carré sur France-Inter ce 10 mai 2018. L’émission a été rediffusée le 24 décembre 2018 ( joyeux Noël !)

La forme des plis du papier, la rondeur d’une goutte ou les déchirures d’un scotch ne se forment pas de manière aléatoire. Derrière toutes ces formes se cachent des phénomènes physiques d’une grande richesse. Comment expliquer la robustesse de certaines structures ? Que se passe-t-il lorsqu’une peinture craquelle ou qu’un papier se froisse?

Ré-écouter l’émission  ou télécharger le fichier mp4

 

Lauréat du prix Roberval !

Notre livre faisait partie des 4 nominés…  et c’est lui qui a remporté, ce 17 novembre 2018, le prix Roberval Grand Public !

voir le communiqué de presse de la remise de prix.

Créé en 1986 par l’Université de technologie de Compiègne (UTC), le prix Roberval a la particularité d’être un concours international francophone. Il récompense des œuvres littéraires consacrées à l’explication de la technologie et a notamment salué les livres de Pierre-Gilles de Gennes, Etienne Guyon, Bruno Latour, Claudine Cohen ou Jean-Marc Jancovici.

Remise du prix « Grand Public » Roberval le 17 novembre au théâtre impérial de Compiègne.

 

ægagropiles et posidonies

pelotes de fibres posidonies (photo dreamstime)

Dans « Du merveilleux… », Les phénomènes d’enchevêtrements sont illustrés (page 117) par les ægagropiles, des pelotes composées de fibres de Posidonie que l’on peut trouver le long des plages méditerranéennes. Les Posidonies sont des plantes aquatiques qui se fanent en automne et libèrent alors sur les fonds marins une grande quantité de fibres. Elles s’emmêlent et se compactent sous l’action des courants et des vagues avant de se déposer sur les plages sous forme de pelotes compactes.

La tomographie par Rayons X présentée dans la vidéo suivante (tirée de l’article (Structure and mechanics of aegagropilae fiber network de G. Verhille, S. Moulinet, N. Vandenberghe, M. Adda-Bedia, et P. Le Gal permet de voir par tranches successives la structure en volume de ces pelotes :

On constate que la densité des fibres croit lorsqu’on va du cœur de la pelote vers la périphérie et renseigne sur le mécanisme de l’enchevêtrement.

Cette étude, comme le suggèrent les auteurs, ouvre des perspectives pour la manufacture de matériaux constitués de fibres enchevêtrées

http://www.pnas.org/content/114/18/4607

(rédigé avec l’aide de P.Le Gal et S. Moulinet)

Des toiles d’araignées au palais de Tokyo (Paris)

Il y a actuellement une très surprenante exposition au palais de Tokyo de l’artiste Tomás Saraceno, On Air.  Cet artiste est fasciné depuis son enfance par l’architecture des toiles d’araignées, qu’il nous invite à regarder littéralement sous une lumière nouvelle.

En effet, la première salle de l’exposition, entièrement plongée dans le noir, montre une série de fragiles toiles qui sont les seuls éléments éclairés, fils blancs sur fond noir:  sortis de leur contexte de grenier, ces objets nous apparaissent alors comme des structures vraiment remarquables.

Si nous avons dans le livre parlé surtout de la mécanique des différents fils, ici on peut prendre la mesure de la diversité étonnante des structures fragiles, car ces toiles mixtes ont été bâties de façon collaboratives par des araignées d’espèces différentes. Etonnant !